Agropôle

Agropôle

|   9 months ago

Christian Nils Schwab : Portrait à cœur ouvert


Un utopiste pragmatique. Ce stupéfiant oxymore révèle étonnamment bien la personnalité complexe, vive et bienveillante de Christian Nils Schwab. Grand grisonnant au regard d’azur et à la posture imposante, le directeur de l’Integrative Food & Nutrition Center (IFNC) de l’EPFL affectionne tout particulièrement ce genre de contradictions « qui posent des questions et permettent ensuite, d’en imaginer les réponses ». Réelle manière d’appréhender le monde, au « pourquoi ? » il préfère le « pourquoi pas ! ».  S’ouvre alors un champ infini des possibles, qu’il ne reste qu’à explorer. Exercice pratique à l’occasion de ce portrait de haut-vol.


Assis derrière une table blanche d’une sobriété évidente, Christian a la promesse d’un homme de caractère, serein et doux. Doté d’un regard rieur perçant, les bras croisés sur la poitrine, il semble désirer le jeu de l’interview avec une certaine impatience. Pourtant, c’est avec réserve que le directeur répond aux premières questions. « J’ai grandi à Nyon mais possède des origines suédoises, ai fait des études de biologie moléculaire puis une deuxième licence en HEC. Enfin, j’ai rejoint des sociétés travaillant dans le domaine alimentaire, ce qui, à fortiori, a été un rail durant ma trajectoire professionnelle ». Un parcours international de plusieurs années, sept pays, quatre continents. Christian exprime des réponses succinctes. Une attitude dénotant d’une évidente pudeur, adjointe d’un souhait notoire de se faire comprendre avec une précision dans le choix des mots que d’aucuns négligeraient.


« A ce jour, science et société ne travaillent pas ensemble. En effet et durant trop de décennies, l’innovation a servi aux industriels à résoudre essentiellement des problématiques de profit financier »

- Christian Nils Schwab, Directeur de l'IFNC


« Le monde alimentaire c’est de la biologie au sens le plus littéral du terme », explique-t-il. Autrement dit, la science de la vie. En effet, nourriture et existence sont inéluctablement liées. Et d’ajouter que c’est est aussi un moment de plaisir, d’échanges de cultures et de partage. Qu’en est-il alors de la situation actuelle et des pressions ressenties au sein du secteur ? Vigilant mais confiant en l’avenir, il analyse cette période coercitive et jalonnée de doutes comme des douleurs prénatales. « De vrais changements se mettent en place, des mutations de fond arrivent. Aujourd’hui, il redevient possible d’imaginer le monde de demain ».

UN CHANGEMENT DE PARADIGME

Jusqu’alors, trop de place était donnée aux discours de collapsologie, d’un monde qui va s’arrêter, s’effondrer sur lui-même. La crise actuelle offre l’opportunité de changer paradigme. Pour Christian, cette période semble stimuler les réflexions sur un monde différent, plus durable pour tous secteurs. « Même si cela doit se faire dans une certaine douleur, cette phase sera bénéfique. » Concernant le domaine agroalimentaire, il a été placé au centre des attentions car il est celui qui cristallise le plus ces valeurs fondamentales. « Nous sommes ce que nous mangeons et ce gain d’attention nous permet, en réalité, de nous rapprocher de qui nous sommes ». 

DES DÉBAT POUR GRANDIR

Petit à petit, l’échange glisse de l’analyse pragmatique à une dimension bien plus philosophique. « Il ne suffit pas uniquement de nourrir son corps. Il est aussi primordial d’alimenter son esprit. D’autant plus avec ce que nous vivons ». Un enrichissement qu’il trouve tant dans la lecture, l’Art ainsi qu’au sein du débat. « Ce qui m’anime au quotidien est d’avoir des échanges qualitatifs, des discussions vives et convaincues, des partages de points de vue ». Une exigence dans les relations, qu’elles soient professionnelles ou amicales, qu’il admet avoir été comme un guide à sa trajectoire de vie. « Mon rôle au sein de l’IFNC est de catalyser, fédérer, énergiser ainsi que de faire passer certains messages et valeurs entre différents acteurs du secteur agroalimentaire ». Réel lien entre la recherche, l’innovation et le secteur privé, le directeur a pour objectif d’aider au dialogue aboutissant à la réalisation de projets concrets, ayant un impact positif tangible.

UN LEVIER BÉNÉFIQUE

Une mission non sans difficulté en ces temps de suspicion constante. « A ce jour, science et société ne travaillent pas ensemble. En effet et durant trop de décennies, l’innovation a servi aux industriels à résoudre essentiellement des problématiques de profit financier ». Un paradigme amenant à la perte de confiance actuelle ainsi qu’à une certaine mécompréhension générale. Bien que témoignant de certains doutes, les confessions de Christian sont rapidement rattrapées par son naturel positif. « La défiance des consommateurs est un levier qui oblige les entreprises et l’innovation, à se mettre au service de la durabilité économique, environnementale et sociale, comme à en témoigner concrètement. » L’avenir sera donc meilleur et le temps du changement est arrivé.

Victor Fankhauser, agriculteur et père du fondateur

En tant qu'agriculteur, nous avons une responsabilité sur nos ressources, sur la manière dont nous cultivons la Terre. Il est de notre devoir d'en prendre soin, pour nos générations futures.

Victor Fankhauser, agriculteur et père du fondateur